• Virée de Contrecoeur

  • Contrôle de la renouée du Japon à Contrecoeur

  • Initiation à la pêche blanche

  • Nettoyage de berges

    Avec le collège Saint-Paul et la Ville de Varennes

  • Restauration de milieux humides

    Presqu'île de Lavaltrie

  • TCR HSLGM

    Photo du comité stratégique

  • J'adopte un cours d'eau

    Coordonateur régional de ce programme éducatif du G3E

  • Pêche en herbe

    Tournoi à Verchères

  • Inventaire des plantes exotiques envahissantes

    Crédit photo: Stéphane Roy-Plante

  • Chevalier cuivré (Moxostoma hubbsi)

    Espèce en voie de disparition

  • Roseau commun (Phragmites australis)

    Plante exotique envahissante

  • Dégustation de poissons au tournoi de pêche de la relève

    Stéphane Bergeron, député de Verchères et Sophie Lemire, notre dg

  • Protection et mise en valeur des îles de Contrecoeur

  • J'adopte un cours d'eau

Amélioration des pratiques agricoles

Le territoire d’intervention de la ZIP des Seigneuries est essentiellement rural, avec une prépondérance de la vocation agricole. La superficie zonée « agricole permanent » couvre 72% du territoire (362 km2). Les municipalités de Lanoraie, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, et de Varennes, sur la rive sud, comptent les superficies les plus importantes du territoire zoné « agricole », totalisant 47% des terres agricoles du territoire d’intervention de la ZIP. Les principales cultures sont les céréales, les fourrages et la pomme de terre. Les plus grandes îles servent au pâturage et à des cultures variées : fraises, maïs, soja et autres céréales. La production porcine est l’un des plus importants secteurs de l’activité agricole sur le territoire du bassin versant de la rivière L’Assomption, tant par ses retombées économiques que par la superficie du territoire qu’elle occupe.

Les méthodes de production actuelles soulèvent toutefois de plus en plus l’inquiétude des populations, qu’elles soient exposées directement ou indirectement aux inconvénients de ce type de production, notamment à cause de la dégradation des terres qui l’accompagne et de ses effets sur la qualité de l’eau. Les pratiques agricoles entraînent notamment une hausse des apports en phosphore, pesticides et sédiments dans les cours d’eau. Les bandes riveraines en milieu agricole sont souvent absentes ou non conformes à la réglementation. Celles-ci peuvent jouer un rôle majeur pour l’amélioration de la qualité de l’eau en milieu agricole en stabilisant les rives des ruisseaux, en filtrant l’eau de ruissellement et en retenant nutriments, polluants et sédiments avant qu’ils n’atteignent le cours d’eau. Les bandes riveraines en milieux agricoles constituent de plus un brise-vent naturel contribuant à la création d’un microclimat (gain de 1 à 2 degrés Celsius) dans la zone protégée, en plus de constituer des habitats fauniques nécessaires au maintien de la biodiversité.

La Corporation de l'Aménagement de la Rivière l'Assomption (CARA) est reconnue en tant qu’organisation de bassin versant responsable de celui de la rivière L’Assomption tandis que sur la rive sud, le Comité de concertation et de valorisation du bassin de la rivière Richelieu (COVABAR) se charge de l’élaboration et de l’application du PDE pour la rivière Richelieu et son bassin versant.

Les solutions envisagées passent par le soutien des initiatives et la démonstration des bonnes pratiques agricoles. Par exemple, des projets pilotes ou des sites de bandes riveraines conformes ou une subvention pour la restauration de bandes riveraines pourraient être mis en place.

Fiche technique #13

Fiche technique #14

Fiche technique #15

Pour les autres enjeux du PARE